[CRITIQUE/TEST] Bloodborne

20 Juin 2015 , Rédigé par Otakus'(no)Life Publié dans #Critique

[CRITIQUE/TEST] Bloodborne

À l'époque des remix HD et autres renouvellements de séries sans fin, il semble que beaucoup d’éditeurs de franchises, principalement des fameuses ‘’AAA’’, aient perdu de leur audace et renouvellent trop souvent les succès passés. Qu’on se le dise, les (bonnes) nouvelles licences se font assez rares…

Pourtant, heureusement pour nous, joueurs et joueuses, des studios comme From Software ont eu une toute autre ambition en développant Bloodborne! Les créateurs de Dark Souls et de Demon’s Souls, deux jeux dont la réalisation et la difficulté ne sont plus à prouver, réalisent ici un nouveau titre dans un monde semi-ouvert au look sombre et à la difficulté addictive ou repoussante, qui a bien des cartes dans sa poche pour faire baver, de joie et de rage les plus hardcore gamers, en totale exclusivité sur PlayStation 4.

[CRITIQUE/TEST] Bloodborne

Bloodborne est un jeu d’action RPG avec vue à la 3eme personne, où vous incarnerez un chasseur redoutable, dans un monde très sombre flirtant avec la XIXème siècle. L’univers est envahi par quelques humains, et beaucoup de monstres aux allures de film d’horreur.

Au menu de votre gibier, des squelettes, des cochons géants, des géants, des fantômes, et autres créatures plus terrifiantes les unes que les autres. Ils sont tous capables de vous envoyer six pieds sous terre, et risquent de vous faire jurer, souvent.

[CRITIQUE/TEST] Bloodborne

Attendez-vous aussi à en prendre plein les yeux, et à être baigné dans l’ambiance dès le début…L’ambiance est pesante, la grandeur des bâtiments et l’architecture de l’environnement est oppressante. Le style graphique utilisé est unique et très détaillé. Les musiques démarrent à des moments bien choisis de façon à vous maintenir dans une pression constante. La bande son est d’ailleurs tout simplement géniale, efficace et soignée.

La musique vous prendra aux tripes lors de vos combats avec les boss.

[CRITIQUE/TEST] Bloodborne

Les voix du jeu sont en français, vous pourrez rencontrer des PNJ, cachés dans leurs maisons sur votre parcours, afin de débloquer diverses quêtes optionnelles.

La claque visuelle est intense, nous voilà bien dans un jeu de nouvelle génération aux graphismes détaillés et a l’animation travaillée. Les effets de foudre et de feu sont magnifiques. La camera lors de certains combats ne se montre pas toujours à la hauteur lorsque votre personnage rencontre certains objets, mais l’ensemble est très correct.

[CRITIQUE/TEST] Bloodborne

Le jeu est interdit aux moins de 16 ans, à cause de l’effusion d’hémoglobine qui coulera lors de vos chasses. Ce ne sera pas seulement celui de vos ennemis, vous pouvez me croire. Ici, pour pénétrer dans le monde de Yarnham vous commencerez par signer un contrat de votre propre sang.

D’habitude les aventures en solo nous proposent différents niveaux de difficulté, du facile à l’extrême, avec parfois quelques alternatives… Ici vous devrez choisir l’origine de votre personnage en fonction de son enfance.

[CRITIQUE/TEST] Bloodborne

Noble rejeton, passé violent, enfance perturbée… 9 types d’origines vous permettront de choisir un personnage aux statistiques très différentes.

Coté personnalisation, homme ou femme, couleur de peau, chevelure ou lunettes, vous pourrez aussi modifier quelques traits physiques de votre personnage, mais il reste globalement d’apparence assez mince. Dommage que la personnalisation du personnage n’ait pas été plus élaborée. A noter de superbes lunettes façon John Lennon au menu.

[CRITIQUE/TEST] Bloodborne

Au risque de les décevoir, Bloodborne lui, ne propose pas de difficulté "accessible’’ aux joueurs du dimanche. Il nécessite un certain acharnement avant de parvenir à ses fins. Mais vous serez régulièrement récompensés par des bonus et autres améliorations vous rendant la tâche moins ardue.

Les ennemis eux, doivent être analysés dans leurs mouvements afin d’apprendre à les esquiver, les parer (possible avec tous les ennemis, même les boss, mais cela demande de l’entrainement), et vous devrez trouver leur point faible et le bon moment pour attaquer.

Attention aussi à l’effet de groupe dévastateur de vos ennemis !

[CRITIQUE/TEST] Bloodborne

De la patience, et différentes stratégies seront à mettre en œuvre pour venir à bout des monstrueux boss géants qui ralentiront régulièrement votre progression. Certains sont optionnels mais vous rapportent des récompenses pour terminer le jeu.

Votre salut viendra de temps à autre grâce à des lampes checkpoints assez rares à débloquer, qui vous permettront de voyager entre le monde des rêves et celui des chasseurs.

Bloodborne fera appel à vos réflexes, à votre sens de l’observation, et à votre mémoire. L’approche bourrin n’est jamais recommandable, le jeu est bien trop punitif pour cela.

[CRITIQUE/TEST] Bloodborne

Votre santé est précieuse. Malgré vos fioles de survie, et la possibilité d’augmenter votre barre d’énergie, les coups que vous prendrez vous rappelleront sans cesse votre fragilité.

Pas de carte ou de GPS pour se repérer. Votre champ de vision à l’horizon ne vous permettra pas toujours de vous repérer, vous devrez faire appel à votre mémoire pour trouver votre chemin dans le dédale de ‘’labyrinthes’’ à parcourir.

Les portes sont un détail à ne pas négliger dans Bloodborne. Parfois de simples passages vers la suite du niveau, et d’autres sont des raccourcis très utiles dans ce monde complexe.

[CRITIQUE/TEST] Bloodborne

Depuis, le monde des rêves vous pourrez accéder via des stèles aux différents quartiers de Yarnham une fois ceux-ci terminés, et également à des donjons dont nous parlerons après. Vous pourrez également avoir accès à des ateliers pour y améliorer votre arsenal et votre personnage.

Pour cela il vous faudra récupérer plusieurs composants sur le champ de bataille, dont des Echos du sang, qui est une des deux monnaies du jeu. Pour la gagner, il vous faudra faire tomber des ennemis. Le problème, c’est que lorsque vous mourrez avec des échos en poche, il vous faudra retraverser le niveau depuis la dernière lampe, afin de revenir là où vous vous êtes fait tuer, pour vous venger de l’ennemi qui vous a dérobé vos précieux et ainsi les récupérer.

[CRITIQUE/TEST] Bloodborne

La deuxième monnaie du jeu est la lucidité. Quand vous en aurez récolté 10 éléments, vous accéderez à une nouvelle boutique d’objets, costumes et armes uniques.

Main droite, votre arme de poing, main gauche votre arme à feu. Chaque arme de poing possède deux positions de combat : l’une courte et rapide, et l’autre plus lente mais avec plus d’allonge.

25 armes seront à débloquer tout au long de votre parcours. Votre expérience vous permettra également de les faire évoluer. Vous pourrez sans cesse alterner entre votre principale et secondaire. Une des techniques les plus efficaces consiste d’ailleurs à contre-attaquer avec votre arme à feu, et à le frapper main droite, le toute dans un timing impeccable.

[CRITIQUE/TEST] Bloodborne

Hors ligne ou en ligne

Bloodborne vous propose l’aventure en rejoignant une aventure totalement solitaire, ou en ligne. Cependant cette deuxième possibilité est particulière, et se mérite. Comme tout dans Bloodborne !

L’expérience multi-joueurs commencera pour tous de façon totalement asynchrone. Au début du jeu, la présence des autres joueurs se verra en activant des pierres tombales disséminées dans Yarnham. Ils sont représentés par des spectres rouges représentant d’autres joueurs morts sur le champ de bataille.

[CRITIQUE/TEST] Bloodborne

Les joueurs peuvent également laisser ou des indices (ou des pièges !) laissés sous formes de message lisibles par les autres. Pour les rédiger, un carnet vous permet d’utiliser une liste de mots prédéfinis pour construire vos phrases. Un système de vote permet d’ailleurs d’évaluer ces messages. Parfois utiles, parfois amusants, l’expérience s’avère rafraichissante, malgré qu’on se sente toujours un peu seul dans cette obscurité !

Grace à la boutique ouverte à l’aide de la lucidité récoltée, vous pourrez acheter une cloche qui vous permettra d’entrer concrètement dans le mode multi-joueurs.

[CRITIQUE/TEST] Bloodborne

Il vous en coûtera des ressources, mais vous pourrez (enfin) venir en aide à un inconnu, ou à un ami à l’aide d’un mot de passe de partie commun.

Mais vous pourrez également attaquer d’autres joueurs dans leurs univers ! Et ce jusqu’à trois joueurs dans le même monde, et à niveaux de progression proches de 10 niveaux, ce qui n’est pas toujours simple à trouver. Cependant, attention à ne pas abuser des punitions sur les autres joueurs, ou vous risquez vous-même d’en recevoir dans votre monde. Ça promet.

[CRITIQUE/TEST] Bloodborne

Grâce à des calices que vous gagnerez lors de votre carrière, vous débloquerez des donjons accessibles via des autels du monde des rêves. Ceux-ci regorgent de nouveaux monstres et boss. Certains donjons ont une architecture fixe, tandis que d’autres sont générés aléatoirement. Il vous suffit de récupérer le numéro de ces donjons aléatoires pour les partager si vous y avez apprécié l’aventure. Des objets et des trésors peuvent d’ailleurs y être récoltés.

[CRITIQUE/TEST] Bloodborne

Conclusion : N’abandonnez pas. Telle est une des devises de Bloodborne qu’il vous faudra vous répéter, afin de venir à bout des 30h moyennes requises pour terminer ce jeu. From Software a su reprendre les bases de ses précédents hits en les adaptant dans un univers angoissant, pour cette nouvelle franchise qui a battu des records de vente en dépassant déjà le million de copies vendues. Ce jeu à la difficulté coriace regorge de qualités techniques et innove dans le monde du jeu vidéo, et s’adresse à un public mature. Larmes de joie ou de rage, ce jeu ne vous laissera pas indifférent.

 

Les plus :

  • La découverte de l’univers de Yarnham
  • Une difficulté rare dans un jeu vidéo
  • Une durée de vie conséquente
  • Un arsenal original
  • La bande son
  • Un style graphique

 

Les moins :

  • Une obscurité parfois trop présente
  • Des combats répétitifs
  • On meurt très, très souvent

 

Ma note : 17/20

Test réalisé par @LabzafGaming.

Partager cet article

Commenter cet article

baudalex 22/06/2015 17:32

je viens commenter tout ca ^^

Perso, je l'ai finis la semaine dernière à 99%, j'ai fait les 3 fins du jeu, me reste plus que le dernier succès lié au Calice de Yarnham aprés le vicié.

Pour avoir fait / refait / rerererefait les Dark Souls, j'ai trouvé Bloodborne plus fluide mais vachement plus facile, je suis mort une grosse dizaine de fois au global.

Les boss sont plus accessibles et les zones de farms de sang sont plus facile aussi (le cochon qui rapporte 15K d'un coup ca aide ^^)

N'empêche que c'est un bon jeu, même si les calices dévoilent enfin une vraie difficulté perso :p