[CRITIQUE] Ash & Eli

14 Mai 2013 , Rédigé par Otakus'(no)Life Publié dans #Critique

 

Bonjour à tous,

Aujourd'hui je vous propose de changer un peu de maison d'édition puisque je critique le manga Ash & Eli. Attention, je ne me base que sur les deux premiers tomes, l'histoire et les dessins (et donc mon avis) peuvent encore évoluer !

 

Ash & Eli Logo

 

Nom compet : Ash & Eli

Mangaka : Mamiya Takizaki

Editeur français : Ki-oon

Editeur original: aucun (artiste indépendante)

 

Résumé : Ash est un jeune homme amnésique. Afin de retrouver la mémoire, il voyage à travers le monde, éxerçant le métier "d'homme à tout faire". Il est capable d'utiliser la magie, mais il ne l'utilise pas de la même manière que les magiciens normaux. C'est en constatant cela, qu'Eli, une chercheuse qui travaille pour le gouvernement, décide de l'embaucher pour sa protection. S'ensuit un voyage durant lequel, les deux protagonistes vont devoir faire face à de nombreuses aventures. 

 

Critique : Au niveau des dessins, contrairement à beaucoup de manga, les dessins possèdent très peu de nuances de gris. Seuls les mouvements sont représentés en grisés, c'est parfois un peu trop épuré. Cependant, les villes et les paysages en général sont très bien réalisés et dans un manga qui se déroulent dans un monde différent du notre, c'est un vrai régal pour les yeux. Les monstres, les ennemis imposants en général et les attaques magiques sont très bien faites aussi. Comme les combats magiques sont au centre de l'histoire, ils sont parfaitement réalisés contrastant avec les phases d'explorations ou de dialogues. (on croirait vraiment que je parle d'un J-RPG non ?) Les personnages sont très bien dessinés aussi, mais encore une fois, nous sommes dans un manga heroic-fantasy donc les gentils sont beaux et blonds, le personnage un peu (mais pas trop) méchants est brun, et les grands méchants sont sûrement des vieux mages bien laids. Somme toute, les dessins sont beaux et bien réalisés.

 

Ash & Eli artwork (2)

 

Au niveau du scénario, pour commencer, l'univers du manga est très sympa, on y retrouve des villages étranges, des villes, des forêts, c'est très diversifiés. Je ne me m'avancerais pas trop au niveau de l'histoire car c'est à la fin du tome deux qu'elle prend de l'ampleur. Le scénario se met peu à peu en place pendant ces deux volumes pour atteindre quelque chose de vraiment intéressant. Le moins que l'on puisse dire en tout cas, c'est que l'histoire est très dynamique. Les personnages courent partout, se battent, se disputent, repartent... Certes on ne s'ennuie pas mais je pense que c'est même un peu trop. Parfois, on a l'impression qu'ils ne peuvent pas interagir sans être excessivement en colère, ou joyeux. A part ces excès de sentiments, le manga est très bien. D'autant que le dynamisme sert énormément les combats qui sont beaux, arrivent au bon moments et diversifiés. Les personnages quant à eux sont sympathiques mais assez prévisibles: le garçon homme à tout faire un peu justicier sur les bords ? Déja vu (et même critiqué : voir Tripeace) . La belle exploratrice qui crie sur le héros ? Déjà vu. Le beau ténébreux dont les intentions ne sont pas claires ? Déjà vu aussi. Alors peut-être qu'ils révèleront un peu plus de profondeur au fil de l'histoire mais pour l'instant on sent tout le côté manichéen du RPG : les gentils, les méchants, et c'est à peu près tout. Cependant, la mangaka a peut-être fait ce choix pour ne pas perdre les fans d'héroic-fantasy qui liront le manga. En effet tout est là : des personnages dynamiques, des lieux étonnants, de la magie. Reste à savoir ce qu'elle va en faire à partir de maintenant. 

 

Ash & Eli artwork (3)

 

Conclusion : Ash & Eli est un bon manga dans lequel les fans de RPG s'y retrouveront totalement. Les dessins, surtout au niveau des combats et des univers, sont très beau et l'histoire commence à devenir passionnante. Si j'émets quelques réserves, c'est que j'attends impatiemment de lire la suite. Vivement le tome 3 !

 

Merci d'avoir lu et n'hésitez pas à laisser un commentaire ! ;)

 

A bientôt,

 

Owa

Partager cet article

Commenter cet article