[CRITIQUE/TEST] Blade Guardian de Mistwalker

2 Octobre 2012 , Rédigé par Otakus'(no)Life Publié dans #Critique

 

Salut à tous,

Aujourd'hui je vous un propose une critique de Blade Guardian, bonne lecture :)

Second jeu déstiné aux platerformes mobiles pour Mistwalker, nouvelle orientation pour le studio.
Après les RPG et le jeu de surf, c'est au Tower Defense que s'attaque le studio de Hironobu Sakaguchi, père de la série Final Fantasy et surfeur émérite sur son temps libre.
Alors que l'on attendait un RPG pur et dur après la pause Party Wave, c'est à nouveau un jeu ''détente" pour le studio qui pointe le bout de son nez. Mais est-ce vraiment un mal ?

 

Blade Guardian Logo

 

Depuis l'avènement des plateformes de téléchargement de jeu vidéo on assiste à un regain de vitalité du Tower Defense, genre laissé en friches depuis de nombreuses années. Pourquoi, qui en est l'instigateur et comment ?  Cette interrogation reste en suspens. Toujours est-il que de nombreux éditeurs ont suivi la tendance, même Square Enix s'est prêté au jeu en déclinant avec brio sa série phare Final Fantasy avec Crystal Defenders. N'oublions pas non plus la remarquable mouture Tower Defense de South Park. Mais quoi qu'où qu'est-ce un tower defense ? Le principe est bête comme la pluie. Il s'agit de défendre sa base maitresse des flots constants d'envahisseurs en disposant ça et là de nombreuses unités armées sur le chemin de ses ennemis. Plus vous enchaînerez les victoires ou plus vous occirez des adversaires et plus votre pactole grandissant vous permettra d'améliorer la puissance de feu de vos soldats, tourelles, mitraillettes, magiciens, chats et autres armes de destruction massives. En toute logique plus la force de frappe d'une unité est élevée et plus son coût sera élevé. La monnaie de Blade Guardian, les G, s'obtient tout naturellement en ôtant la vie de ses opposants aliens.

 

Blade Guardian screen (2)

 

On pourra ainsi investir dans des des murailles visant à empêcher l'adversaire de se rendre vers sa mother base pour 1G (cependant on ne peut pas complètement encercler sa base, ce serait bien trop facile), dans des tourelles mitrailleuses pour 10G, des catapultes pour 15, des tourelles à rayon plasma etc ... afin de repousser ces hordes de nuisibles envahisseurs d'outre-espace à tendance insectoïde. Il est possible de mettre au pause Blade Guardian à tout moment, de l’accélérer ou de zoomer/dézoomer à sa guise, afin de mettre au point votre tactique ou de passer plus rapidement les passages les moins corsés. Pour se démarquer de ses concurrents les développeurs de Blade Guardian ont fait le choix d'une esthétique space opera, un contexte bien moins sollicité que les traditionnels univers féériques, fantasy, post-apocalyptique ou encore steampunk. Contrairement à d'autres représentants du genre, l'auto-destruction des ses unités/tourelles ne procure pas une compensation pécuniaire permettant de réinvestir les points ailleurs pour réorienter sa stratégie. Il faudra donc prévoir en amont quelle tactique utiliser et opérer un Paradigm Shift entre 2 vagues d'ennemis durant un laps de temps assez court permettant de respirer un peu.       

 

Blade Guardian screen (1)

 

La petite feature qui différencie Blade Guardian des dizaines d'autres tower defense sur le marché est la présence des Blade et Sphères Blade.Le Blade est une sorte de mécha surarmé mobile (contrairement à vos unités dont le rayon d'action est limité à un périmètre sphérique plus ou moins grand en fonction de leur coût) fonçant tête baissée vers l'ennemi, les nids d'ennemis ainsi que leur propre base, ne faisant que fi de vos barricades, allant même jusqu'à les traverser. Pour obtenir un Blade, rien de plus simple : il suffit que ses unités armées détruisent le vaisseau volant qui le transporte au dessus du champ de bataille pour que ce dernier s'écrase sur le plancher des vaches.Un Blade amélioré se métamorphose en sphère Blade, et comme son nom l'indique sans doute, peut rouler vers l'adversaire afin de l'écraser dans d'horribles souffrances. Ces sphères seront contrôlées par le joueur à l'aide de la fonction gyroscope de son téléphone, ce qui peut être assez déconcertant au premier abord.Bien évidemment, Blade Guardian n'est pas un jeu conçu pour vous scotcher des heures durant sur votre appareil mobile. Pensé pour vous occuper durant de courtes sessions, c'est sa relative difficulté ainsi que ses niveaux tous structurés de manière différentes qui vous feront y revenir, toujours avec le même plaisir.

 

Conclusion : A ce prix là, il n'y a pas à hésiter très longtemps. Blade Guardian s'impose aisément comme l'un des tous meilleurs tower defense sortis sur smartphones. Sympathique comme tout, il fait bien le job et occupera de la meilleure manière que ce soit vos trajets dans les transports en commun. Mistwalker signe une fois de plus un jeu certes austère et assez basique dans son concept, mais diablement accrocheur. Vivement le prochain !

Les ponts positifs : 

-Concept éprouvé et addictif.
-79 centimes, moins cher qu'une baguette de pain
Intuitif et facile à prendre en main.

Les points négatifs : 

-Direction artistique douteuse.
-Difficulté mal calibrée.

 

Pour information Blade Guardian est disponible sur iTunes depuis le 1er Octobre pour 0,79 € !

 

A bientôt,

 

SoulHope

Partager cet article

Commenter cet article