[CRITIQUE/TEST] Metro : Last Light

21 Juin 2013 , Rédigé par Otakus'(no)Life Publié dans #Critique

 

Salut à tous,

 

Après le compte-rendu de la soirée et l'interview, on va finir en beauté avec le test de Metro : Last Light !

Bonne lecture ;)

 

Développé initialement par THQ, repris par Deep Silver (qu'on remercie) après la mort du 1er studio.
Nous serions passé(e)s à côté de cette suite du jeu Metro 2033, basé sur le livre du même nom.
Metro 2033 avait surpris beaucoup de monde, sa suite Metro Last Light fera t-'il de même ?

Metro Last Light Logo


Metro : Last Light nous plonge dans le Métro de Moscou et ses stations qui sont devenue de vrai ville où sont réfugiés les quelques survivants de la guerre nucléaire qui s'est déroulée il y a quelques années auparavant.
Hélas, malgré les circonstances, l'humanité restant n'arrivent pas à vivre en harmonie car les survivants se sont regroupés en fonction de leur idéologie.
Le 4ème Reich qui est contre les mutants et toutes choses non humaines (ou presque).
Les communistes avec l'idée d'égalité de tous (enfin presque).
La Hanse, la ligue des marchants.
L'Ordre, une organisation armée "neutre" qui essaie d'aider son prochain et de trouver les restants de l'humanité d'antan.
Et c'est dans le corps armée de l'Ordre, nommé les Rangers, que vous (le héros) au doux prénom de Artyom fait parti.

 

Metro Last Light Screen (4)
Metro Last Light se déroule environ 1 an après les derniers évènements du jeu Metro 2033.
Par ce fait, votre personnage qui était déjà le héros dans Metro 2033, continue sa vie et sa mission d’irradiation de la menace des Sombres.

Le jeu est un FPS. Vous avez le choix de porter trois armes de tir, toutes modifiables à souhait (à tel point qu'un pistolet peut devenir un sniper ou une mitraillette ...).
Le but n'est pas forcément de tirer sur tout, car l'infiltration a une part importante. Ce côté infiltration est agréable à jouer avec les jeux d'ombres et de lumières.
Enfin dès qu'on sort des stations habitées, le moindre recoin est dangereux pour l'humain qui s'y aventure. La surface reste tout de même bien plus hostile à l'homme par ces nombreuses créatures la peuplant et détestant la race humaine.
Puis les retombés radioactives sont toujours là, il est obligatoire de porter un masque  à gaz avec cartouche/filtre à changer une fois usé (il ne faut donc pas trop traîner sous peine de ne pas pouvoir survivre longtemps).
Le petit plus qui ajoute du réalisme, c'est le nettoyage du masque à gaz, obligatoire, soit pour enlever la buée ou toutes autres substances qui pourraient gâcher la vue.

 

Metro Last Light Screen (2)

Au niveau des graphismes le jeu est très beau, les différentes stations sont toutes différentes, très peu de répétition graphique à noter.
Il y a eu de la recherche pour en mettre plein les yeux au joueur, mais surtout pour une très grande immersion.
Les effets de lumières sont bien réalisés, important pour un jeu se situant à 80% environ sous la terre.

A propos des doublages, la version anglaise propose à tout les personnages un accent russe pour coller le plus à la peau de l'environnement, très remarquable sur les membres communistes sont les plus marqués et PAVEL en tête.
Niveau musique, elles sont bien pensées pour coller au coté FPS, mais aussi aux différents niveau.
Il y a même un effet sirène lors que vous êtes visible des ennemis humains lors des phases d'infiltrations.

 

Metro Last Light Screen


Conclusion : Metro : Last Light est encore une très bonne surprise. Il ne révolutionnera pas le genre FPS, mais il peut marquer certains de ceux qui y joueront. Il est clair que c'est le côté narratif qui est mis en avant et que le FPS n'est là que pour donner une immersion plus importante au joueur. Hélas, ou heureusement pour certains, il n'y a pas de multi-joueur disponible. La partie solo du jeu, vaut tellement le coup que ce serait dommage de la gâcher par un multi de mauvaise facture.

 

Merci à Damien pour le test et merci à Koch Media pour le jeu !

 

A bientôt,

 

SoulHope

Partager cet article

Commenter cet article

NeoDandy 22/06/2013 22:33


Dans beaucoup de tests, on retrouve l'argument d'un jeu qui a la qualité d'avoir une narration suffisamment intéressante même pour intéresser les non initiés aux FPS ... Une bonne nouvelle,
d'autant que le 1er m'avait déçu par la présence des Sombres qui, d'après les retours, semblent absents dans cet épisode. :)